junk room et fourre tout



Rugby, mélées et ouverture à l’aile… sociale

Moi qui aime le rugby, l’ayant pratiqué au « Bourges Athlétique Club » entre six et dix ans avant d’intégrer le collège,  le « BAC » comme nous le nommions même si le sigle n’est pas à la mode aujourd’hui pour des considérations bien différentes,  mes éducateurs sportifs avaient déjà un soucis. Comment faire vivre ensemble des mômes voulant en découdre et des gamins ayant souvent « à cause de », ou « grâce à » un désir parental, envie de pratiquer un sport qui dépasse les frontières du sud-ouest de la France. Les valeurs véhiculées par ce jeu,  ne dit on pas que  » le rugby est un sport de brutes joué par des gentlemen »,  transcendes l’individualisme inérant à chacun de nous, pour faire d’un essai aplatie dans les buts adverses, une concrétisation d’un acte collectif. Une chose est sure, les années passées à pratiquer ce sport m’ont formé à l’idée des nécessités collectives afin de  m’épanouir individuellement. Ca, c’est un truc « d’ancien gamin ». A cette époque, mes parents m’ont envoyé seul prendre ma licence au club, monnaie sonnante et trébuchante en poche.  J’ai dû traverser le quartier de « l’aéroport » de Bourges,  quartier soi disant « dangereux »,  plein d’arabes, de portugais, d’espainguoin et autres terroristes italiens !!! Quelle belle aventure pour un môme de 6 ans laché en pleine autonomie choisissant son destin sportif. Même si j’habitais au dessous du « rond-point Farman », le quartier des classes moyennes et de ce fait bien au sud de ce qui allait être le terrain de jeu de mes mercredis après midi et souvent ceux de mes dimanches,  aucun « terroriste « islamo-bamboula », « italiano-chrétiento », « hatéo-marxiste » ne m’a empêcher quoi que se soit.  Le toubib familial  était Zaïroi (médecin généraliste le mieux rémunérer de la ville)  un vrai médecin de quartier accueillant dans la salle d’attente tout ce qui ce fait de mieux dans le pluri-culturel, sociale, ethnique. Mes compagnons de classe étaient, Algériens, Espagnols, Portugais et bien sur Français, alors pourquoi aurais je dû avoir peur ? D’ailleurs je me foutais complétement des nationalités, je n’avais simplement pas conscience de ça. Celui qui me permettait d’aplatir le ballon dans l’en-but, ou celui à qui je permettais de le faire n’avait qu’une seule couleur, celle du maillot que nous représentions. Mais 35 ans plus tard, simplement parce que je vieillis, et que l’autre deviens un obstacle à ce vieillissement que je veux paisible, faut il montrer du doigt  ce que sont les jeunes aujourd’hui  et s’arc-bouter  en ne voulant  pas passer le témoin, parce que soi disant, c’était mieux à mon époque ? Bien sur que c’était mieux à mon époque (probablement grâce à notre mémoire sélective)  mais aujourd’hui,  ce n’est plus mon époque. Laissons faire nos enfants, ils ne sont pas plus bêtes que nous étions et au vu de la société, la Terre, les problèmes que nous leurs donnons en héritage, il va falloir qu’ils soient bien plus intelligents que nous  !!!! Heureusement , ils le sont et eux seuls ont les clefs du bonheur de nos petit-enfants. Pour revenir au rugby, je souhaite simplement qu’il ne devienne pas le foot, en tout cas, pas trop vite.

Moi qui aime le Rugby, l’ayant pratiqué au …. etc…..


Laisser un commentaire

News101 |
les sportifs de creissan |
Informez-vous pour en parler ! |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | HACCOM-Media
| cospmuc actualités
| REVE DONGLES62